Le site de rencontre gratuit ,de toutes les rencontres Totalement Gratuit
Nos préjugés sur l’amour nous empêchent de laisser place au désir et à la surprise de la rencontre. La psychanalyste Sophie Cadalen* les passe en revue et nous explique comment en sortir.

« Ma moitié existe »

Pourquoi ça nous bloque ?  Le défi de la rencontre serait de trouver l’âme sœur à laquelle tout nous destine, qui nous préservera du doute et nous garantira pour toujours l’harmonie au sein du couple. Cette vision nous pousse à réaliser un impitoyable casting, d’après une vision très volontariste de « celui qu’il nous faut ». Elle nous dédouane de toute responsabilité dans la suite de l’histoire. Si elle ne dure pas, c’est tout simplement qu’on n’est pas encore « tombées » sur le « bon ».Comment on en sort ? En acceptant que le « bon » partenaire ne soit pas forcément celui dont la personnalité s’accordera parfaitement à la nôtre sans rien changer à ce qu’on est. Et que notre seule certitude, c’est de nous sentir épanouies avec l’autre dans l’instant.

« Les aventures d’un soir ça ne sert à rien »

Pourquoi ça nous bloque ? D’un côté il y aurait la « vraie » rencontre, le sérieux, l’engagement, de l’autre les voluptés passagères, trop légères pour être durables. Les femmes gardent ancrée en elles l’idée qu’elles risquent de perdre le respect de l’autre en cédant trop facilement à l’appel du désir. Elles se sentent bien souvent coupables d’aller vers le bien-être. C’est pourtant une façon de s’écouter, de s’occuper de soi et de s’ouvrir à l’autre, sans spéculer, sans anticiper, sans demander de garantie à la clé.Comment on en sort ? L’important n’est pas de chercher l’aventure sur le mode volontariste, mais de ne pas laisser filer un désir qui naît sous prétexte que l’histoire risque de ne pas durer.

« Je voudrais qu’on m’aime »

Pourquoi ça nous bloque ? Lorsque la rencontre amoureuse est perçue comme la condition de notre épanouissement, elle suscite presque à coup sûr la désillusion. Aucune relation, si tendre, si attentionnée soit-elle, ne peut satisfaire cette demande-là.Comment on en sort ? En s’interrogeant sur les raisons d’une telle fragilité. Pourquoi a-t-on autant besoin d’être rassurées ? Prendre en charge nos propres manques nous aidera à chercher dans l’amour autre chose qu’un miroir suffisamment flatteur de nous-mêmes pour évacuer nos doutes et nos angoisses.

« Je suis trop timide »

Pourquoi ça nous bloque ? La peur de déranger nous enferme dans un fonctionnement défini à l’avance. C’est la posture idéale pour que rien ne bouge ! La simple perspective d’être rejetées est une menace qu’on préfère ne pas affronter.

Comment on en sort ? En décidant de transformer le fatalisme, « c’est comme ça que je suis », en « voilà ce que je veux ». Même si nos tentatives d’approche se soldent par un échec, pouvoir se dire « je l’ai fait ! » sonne comme une victoire : celle d’un désir suffisamment fort pour se moquer du regard des autres.

Ecouter son désir

« Le désir, plus largement que son acception sexuelle, est un mouvement qui nous porte vers l’autre, un appétit, une gourmandise, explique Sophie Cadalen. Si on veut s’ouvrir à l’amour, il faut accepter de lâcher prise et de rencontrer les peurs et les ambivalences qui nous tiennent à distance de l’autre. »



* Auteure de " Tout pour plaire... et toujours célibataire ", coécrit avec Sophie Guillou ( Albin Michel).


Commentaires


Numro de vrification